Nos hennissements :

Vos marques au galop


La puissante marque Daft Punk : du cobranding artistique ambitieux


Posté le 12 juillet, par Frédéric Bernier dans Partenariat entre marques. Pas de commentaires

Au sommet artistique et commercial, que nous enseigne la stratégie de marque du duo Daft Punk ?

L »album « Random Access Memories » s »est vendu en plus d »un million d »exemplaires dès les premiers jours.

A ce jour, les DJ français ont vendu 8 millions d »albums.

Ils ont réellement construit un univers personnel, un territoire de marque alliant technologie, musique électronique, mode, nostalgie…

Une ambiance séduisante et propice à de nombreux « coups » de communication via des opérations de co-branding cohérentes et variées.

 

 

• Du personal branding

Thomas Bangalter et Guy Manuel de Homem-Cristo jouent le secret en masquant leur visage. Un signe distinctif qu »on reconnait bien dans les stratégies de marque personnelle.

Pour autant, au début du succès en 1995, ils ont été interviewés démasqués par Canal pour le lancement de leur single Da Funk.

 

 

• Un positionnement haut de gamme et viral

Ce qui est rare est cher : très peu d »interviews, seulement un album tous les quatre ans en moyenne, des voix et des visages rarement aperçus, une page facebook quasi inexploitée depuis sa création avec pourtant bientôt 10 millions de fans. Nous vivons actuellement l »inverse : une overdose publicitaire qui risquerait l »indigestion si la marque Daft Punk n »était pas aussi sympathique auprès de son public.

La stratégie de lancement du dernier album « Random Access Memories » appuie ce mode de communication qui distille les indices pour mieux créer de la viralité. Les diverses parodies du morceau « Get lucky » ont participé au buzz.

Daft Punk joue les codes du luxe également avec leur dress code de plus en plus « techno-chic ». La preuve en est : Le duo s »est fait relooké par Hedi Sliman, directeur artistique d »Yves Saint-Laurent !

Enfin, il n »est pas étonnant de constater qu »ils font partie des DJ les mieux payés au monde, loin devant le déjà célèbre David Guetta.

 

 

• Se marginaliser, innover pour se différencier

L »esprit conquérant des Daft Punk, leur démarche artistique, ont sûrement facilité le succès des groupes tels que Air ou Phoenix.

Jouer de la musique électronique avec de vrais instruments (voir même composer avec l »Orchestre philharmonique de Londres pour Tron Legacy), se risquer au mixage pop, funk, électro… en un seul album, voilà de quoi se démarquer et créer la différence en osant. Alors qu »on prône en marketing de créer des signes distinctifs qui permettent la reconnaissance, Daft Punk s »amuse à brouiller les pistes pour mieux se dévoiler ensuite.

Pour produire leur dernier album, Daft Punk s »est affranchi de tout label. Ils ont contracté uniquement son exploitation avec Columbia pour profiter de leur puissance de frappe. Ils restent donc maîtres de leurs droits d »auteur tout en profitant d »un plan media promotionnel multicanal, riche et percutant. Ils conservent ainsi plus de liberté dans leurs opérations de cobranding.

 

 

• Albator, Tron : du co-branding culturel

En 2003, ils arrivent à séduire le mangaka (dessinateur de mangas) d »Albator, célèbre dessin animé japonais diffusé à l »époque de Dorothée sur TF1, pour produire un long métrage animé, le space opera « Interstella 5555 ». Une opération phare qui a renforcé le lien entre le groupe et les trentenaires, notamment à travers la version courte du dessin animé pour le clip « One more time ».

En 2010, ils produisent Derezzed, la bande son du film Tron Legacy, célèbre suite du premier opus Tron.

Pas si oldschool, le trailer de 1982.

 

 

 

• Chic, Strokes… du co-branding artistique

Les deux complices bientôt trentenaires ont su s »associer avec les grands noms du cinéma pour produire de somptueux clips. Pour exemples: Spike Jonze pour « Homework », ou encore Michel Gondry pour « Around the world ».

Ils profitent également de la notoriété de grands artistes et musiciens pour leur dernier album : Parrell Williams, Giorgio Moroder, Nile Rodgers…

 

 

• Renault Lotus F1 Team : du co-branding sportif

Renault s »est offert la notoriété des DJ pour le grand prix de Monaco en mai dernier.

De quoi décoiffer le monde de la F1 en cassant les codes habituels.

 

 

• Coca-Cola : du cobranding universel

Daft Punk est passé par la case Coca-Cola en designant notamment un coffret de 2 bouteilles or et argent.

Quoi de mieux qu »une des marques omniprésentes pour se rendre visible sur toute la planète ?

 

 

Qu »en pensez-vous ?

Quelle est votre avis sur ce sujet ?

Un témoignage ?

A vous la parole !





Laisser un commentaire